Les connexions entre le foie et l’intestin

Microbiote

Comment une mauvaise intégrité digestive peut causer une maladie du foie

Le concept d’ « axe intestin-foie » n’est pas nouveau : il a été décrit pour la première fois en 1987 lorsqu’un groupe de chercheurs a découvert que les patients atteints de cirrhose avaient des taux élevés d’anticorps dans le sang contre des aliments comme les œufs, le petit-lait et la caséine [1].

 

Depuis, il a été démontré que l’axe intestin-foie joue un rôle dans le développement de la plupart des maladies du foie, telles que les cholestases hépatiqus, les maladies alcooliques et du foie gras non alcooliques (NAFLD), les stéatohépatites (NASH) et même le carcinome hépatocellulaire (cancer du foie). Il a également été démontré qu’il joue un rôle dans la progression des maladies du foie vers la fibrose et la cirrhose [2].

 

Examinons de plus près comment l’intestin peut affecter le foie :

Le sang circule de l’intestin vers le foie

Le foie reçoit son apport sanguin de deux sources : l’artère hépatique et la veine porte. L’artère hépatique apporte du sang riche en oxygène de la circulation générale au foie, tandis que la veine porte – responsable de 70 à 75 % de l’approvisionnement sanguin du foie – apporte du sang pauvre en oxygène provenant de la rate et du tractus gastro-intestinal. Ce sang pauvre en oxygène post-digestif est riche non seulement en nutriments, mais aussi en produits bactériens, en toxines et en métabolites intestinaux.

Le foie reçoit ainsi non seulement les nutriments présents dans l’intestin, mais aussi ses déchets. En ce sens,

Le foie agit comme un “pare-feu” secondaire, protégeant l’organisme contre les pathogènes nocifs et les autres produits microbiens qui peuvent avoir échappé à la première barrière des “parois” de l’intestin.

Ceci, bien sûr, sert au mieux les intérêts de l’organisme, mais avec le temps, le foie s’en trouve mis à l’épreuve [3].

Le lien avec l’intestin perméable

Comme nous l’avons expliqué plus haut, en raison de la circulation portale, le foie est le principal récepteur des “restes” du tube digestif. Le foie est le premier organe à rencontrer tout ce qui passe la paroi intestinale, qu’il s’agisse de nutriments utiles ou de composants microbiens nocifs. L’intégrité de l’intestin peut donc avoir des effets bénéfiques ou néfastes sur le foie.

Une barrière intestinale compromise (aussi appelée “intestin perméable”) permet à un plus grand nombre de substances nocives de traverser la barrière primaire de la paroi intestinale, augmentant ainsi l’exposition du foie aux microbes et aux toxines [4]. Ce phénomène est appelé “endotoxémie métabolique“, un terme créé lorsque les chercheurs ont découvert que même de très faibles concentrations de bactéries Gram négatif passant de l’intestin vers le sang étaient impliquées dans l’inflammation et l’insulino-résistance responsables du diabète [5], [6]. Ce même dysfonctionnement, nous le savons maintenant, peut aussi causer une inflammation du foie : l’endotoxémie provoque un reflux du flux biliaire (appelé stase biliaire) au niveau hépatocellulaire, entraînant une inflammation cellulaire et des lésions [7].

La perméabilité intestinale – et les métabolites dérivés de microbes, les acides biliaires secondaires, les acides gras à chaîne courte et l’éthanol (alcool) qu’elle dérive vers le foie – peuvent donc entraîner la NAFLD et d’autres maladies du foie. En fait, on estime qu’environ 40 % des personnes atteintes d’une maladie du foie gras ont une hyperperméabilité intestinale [8] et que l’inflammation hépatique secondaire à l’endotoxémie a même été associée à la progression du cancer du foie [9].

Environ 40 % des personnes atteintes d’une maladie du foie gras ont une hyperperméabilité intestinale.

Le lien entre le tube digestif et le foie n’est cependant pas à sens unique. Le foie peut également affecter l’intestin, par la sécrétion d’acides biliaires et, comme les chercheurs l’ont découvert en 1987, d’anticorps IgA [10]. La stase biliaire liée à l’endotoxémie contribue ainsi à un déséquilibre de la flore gastro-intestinale et à une diminution de la motilité gastro-intestinale [11].

Mais qu’est-ce qui cause cette hyperperméabilité intestinale ? Bien qu’il existe de nombreux facteurs, la principale cause dans le cas des maladies du foie est peut-être la dysbiose, un déséquilibre dans les types de bactéries, virus, champignons et autres microbes présents dans l’intestin.

La progression des microbes

Beaucoup d’études indépendantes ont démontré le lien entre la dysbiose (déséquilibre microbien) et plusieurs maladies chroniques du foie [12] – dont la NAFLD [13], les maladies alcooliques du foie [14], les maladies cholestatiques du foie [15], la cirrhose [16] et même les carcinomes hépatocellulaires [17].

Des altérations du microbiome, accompagnées d’un intestin perméable et de maladies du foie, ont également été observées chez les personnes atteintes de surpopulation bactérienne de l’intestin grêle (SIBO) [18], ainsi que chez celles atteintes d’une infection à Helicobacter pylori, cause courante d’ulcère gastrique. La présence de levures productrices d’alcool comme Candida albicans ou Saccharomyces cerevisiae dans l’intestin a également été associée à une maladie du foie gras chez les adultes et les enfants [20], [21] et des taux d’alcoolémie beaucoup plus élevés ont été observés chez les animaux obèses [22].

Construire un meilleur microbiome plus équilibré est donc une approche cliniquement utile à la fois pour prévenir et réparer les maladies du foie gras. Les stratégies visant à améliorer le microbiome comprennent les probiotiques, les prébiotiques et les symbiotiques (association de prébiotiques et de probiotiques). En fait, les auteurs d’une étude sur les maladies du foie soulignent leurs conclusions en ces termes [23] :

La modulation du microbiome par les pré-pro- et les symbiotiques peut avoir des effets hépatiques positifs significatifs sans trop d’effets secondaires majeurs.

Diverses plantes et produits naturels peuvent également être utilisés pour modifier l’équilibre microbien [24], tout comme les stratégies visant à augmenter la production d’acide gastrique [25]. Au cours des dernières années, de plus en plus de recherches ont également été menées sur les bienfaits curatifs de la transplantation de microbiote fécal (FMT ou transplantation fécale) [26].

En fait, il a été démontré que le FMT modifie considérablement le microbiome et influence les résultats sur la santé. Dans une étude, les selles d’un patient atteint d’hépatite alcoolique grave ont été prélevées et transplantées chez des souris. Non seulement on a observé une augmentation de la translocation bactérienne chez ces souris, mais aussi une susceptibilité accrue aux lésions hépatiques causées par l’alcool, une inflammation hépatique plus grave et un taux plus élevé de nécrose du foie [27].

Les bénéficiaires du FMT ont noté une meilleure fonction cognitive et un moins grand nombre d’hospitalisations que ceux ayant reçu des soins standards (10 contre 1).

Mais est-ce que le fait de recevoir un FMT avec des échantillons prélevés sur un donneur en bonne santé pourrait améliorer les résultats pour les receveurs atteints d’une maladie du foie ? La réponse à cette question fait actuellement l’objet de recherches [28], [29], [30], [31], mais certaines études ont déjà démontré les promesses du FMT [32]. Dans une de ces études, des selles prélevées chez un donneur sain ont été transplantées par lavement rectal chez des patients atteints de cirrhose qui avaient récemment terminé un traitement antibiotique de cinq jours. Les participants ont ensuite été observés pendant 100 jours, période pendant laquelle les bénéficiaires de FMT ont bénéficié d’une meilleure fonction cognitive et de moins d’hospitalisations que ceux qui ont reçu des soins standards (10 contre 1) [33].

En résumé

La dysbiose microbienne dans le tube digestif va de pair avec l’inflammation hépatique, diverses formes de maladies du foie et même le cancer du foie [34]. En adoptant des stratégies pour prévenir et guérir la perméabilité intestinale, ainsi que des traitements pour un meilleur microbiome, il est possible non seulement de prévenir les maladies du foie, mais également de les inverser.

Source

Article original en anglais,

“How poor digestive integrity can cause liver disease”, Nutrition In Focus.

Références

[1] Volta U, et al. IgA antibodies to dietary antigens in liver cirrhosis. Ric Clin Lab. 1987;17:235–42.

[2] Wiest R, et al. Targeting the gut-liver axis in liver disease. J Hepatol. 2017 Nov;67(5):1084-1103.

[3] Spadoni E, et al. A gut-vascular barrier controls the systemic dissemination of bacteria. Science. 2015;350:830-4.

[4] Brandl K, et al. Gut-liver axis at the frontier of host-microbial interactions. Am J Physiol Gastrointest Liver Physiol. 2017 May 1;312(5):G413-9.

[5] Everard A, et al. Diabetes, obesity and gut microbiota. Best Pract Res Clin Gastroenterol. 2013 Feb;27(1):73-83.

[6] Cani PD, et al. Metabolic endotoxemia initiates obesity and insulin resistance. Diabetes. 2007;56:1761-72.

[7] Whiting JF, et al. Tumor necrosis factor-alpha decreases hepatocyte bile salt uptake and mediates endotoxin-induced cholestasis. Hepatology. 1995 Oct;22(4 Pt 1):1273-8.

[8] Luther J, et al. Hepatic injury in nonalcoholic steatohepatitis contributes to altered intestinal permeability. Cell Mol Gastroenterol Hepatol. 2015 Mar;1(2):222-32.

[9] Jiang JW, et al. Gut microbial dysbiosis associates hepatocellular carcinoma via the gut-liver axis. Hepatobiliary Pancreat Dis Int. 2018 Nov 22; pii: S1499-3872(18)30260-1.

[10] Delacroix DL, et al. Selective transport of polymeric immunoglobulin A in bile. Quantitative relationships of monomeric and polymeric immunoglobulin A, immunoglobulin M, and other proteins in serum, bile, and saliva. J Clin Invest. 1982;70:230-41.

[11] Hellström PM, et al. Role of bile in regulation of gut motility. J Intern Med. 1995 Apr;237(4):395-402.

[12] Tilg H, et al. Gut microbiome and liver diseases. Gut. 2016 Dec;65(12):2035-24.

[13] Boursier J, et al. The severity of nonalcoholic fatty liver disease is associated with gut dysbiosis and shift in the metabolic function of the gut microbiota. Hepatology. 2016;63:764-75.

[14] Puri P, et al. Alcoholic hepatitis and disease severity are associated with distinct shifts in fecal microbial ecology. Hepatology. 2016;64:A1212.

[15] Sabino J, et al. Primary sclerosing cholangitis is characterised by intestinal dysbiosis independent from IBD. Gut. 2016;65:1681-9.

[16] Bajaj JS, et al. Decompensated cirrhosis and microbiome interpretation. Nature. 2015;525:E1-2.

[17] Yu LX, Schwabe RF. The gut microbiome and liver cancer: mechanisms and clinical translation. Nat Rev Gastroenterol Hepatol. 2017 Sep;14(9):527-39.

[18] Kapil S, et al. Small intestinal bacterial overgrowth and toll-like receptor signaling in patients with non-alcoholic fatty liver disease. J Gastroenterol Hepatol. 2016 Jan;31(1):213-21.

[19] Wijarnpreecha K, et al. Helicobacter pylori and risk of nonalcoholic fatty liver disease: a systematic review and meta-analysis. J Clin Gastroenterol. 2018 May 1;52(5):386-91.

[20] Spinucci G, et al. Endogenous ethanol production in a patient with chronic intestinal pseudo-obstruction and small intestinal bacterial overgrowth. Eur J Gastroenterol Hepatol. 2006 Jul;18(7):799-802.

[21] Zhu L, et al. Characterization of gut microbiomes in nonalcoholic steatohepatitis (NASH) patients: a connection between endogenous alcohol and NASH. Hepatology. 2013 Feb;57(2):601-9.

[22] Cope K, et al. Increased gastrointestinal ethanol production in obese mice: implications for fatty liver disease pathogenesis. Gastroenterology. 2000;119:1340-47.

[23] Wiest R, et al. Targeting the gut-liver axis in liver disease. J Hepatol. 2017 Nov;67(5):1084-1103.

[24] Ozdal T, et al. The reciprocal interactions between polyphenols and gut microbiota and effects on bioaccessibility. Nutrients. 2016 Feb 6;8(2):78.

[25] Beasley DE, et al. The evolution of stomach acidity and its relevance to the human microbiome. PLoS One. 2015 Jul 29;10(7):e0134116.

[26] Chu H, et al. Small metabolites, possible big changes: a microbiota-centred view of non-alcoholic fatty liver disease. 2018 Aug 31. pii: gutjnl-2018-316307.

[27] Llopis M, et al. Intestinal microbiota contributes to individual susceptibility to alcoholic liver disease. Gut. 2016;65:830-9.

[28] Shawcross D. Trial of faecal microbiota transplantation in cirrhosis (PROFIT). NihGov. 2016;NCT02862249.

[29] Institute of Liver and Biliary Sciences. Fecal microbiota therapy versus standard therapy in decompensated NASH related cirrhosis: a randomized controlled trial. NihGov. 2016;NCT02868164.

[30] Silverman M. Transplantation of microbes for treatment of metabolic syndrome and NAFLD (FMT). NihGov. 2016;NCT02496390.

[31] Kittichai Promrat L. Fecal microbiota transplantation (FMT) in nonalcoholic steatohepatitis (NASH). A pilot study. NihGov. 2016;NCT02469272.

[32] Delaune V, et al. Fecal microbiota transplantation: a promising strategy in preventing the progression of non-alcoholic steatohepatitis and improving the anti-cancer immune response. Expert Opin Biol Ther. 2018 Oct;18(10):1061-71.

[33] Bajaj JS, et al. Fecal microbiota transplant using a precision medicine approach is safe, associated with lower hospitalization risk and improved cognitive function in recurrent hepatic encephalopathy. Gastroenterol. April 2017;152(5)(1):S906.

[34] Sanduzzi Zamparelli M, et al. The gut microbiota: A new potential driving force in liver cirrhosis and hepatocellular carcinoma. United Euro Gastroenterol J. 2017 Nov;5(7):944-53.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.